Ondorama logo

Présentation Ondes E.M.

earth-1757617_960_720

Les nouvelles technologies sont de grandes pourvoyeuses d’ondes électromagnétiques, ainsi que les installations électriques de nos habitations et lieux de travail, ce à quoi on ne pense pas forcément quand on pense « ondes électromagnétiques ». Nous sommes ainsi confrontés à un défi sanitaire majeur : comment vivre avec ce type d’ondes tout en gardant intact notre capital santé ? C’est cette préoccupation essentielle qui va vous pousser un jour à vous intéresser à la question et chercher des informations, voire des solutions. Voici quelques infos.

Ondes électromagnétiques, c’est quoi ?

C’est une question que l’on me pose souvent quand je mentionne ma profession de conseillère bien-être en environnement électromagnétique. Ce à quoi je réponds que les ondes électromagnétiques concernent aussi bien l’installation électrique de la maison que tout ce qui a trait aux nouvelles technologies. 

Les basses fréquences :

Elles proviennent de l’installation électrique de la maison ou lieu de travail, ainsi que des réseaux extérieurs de distribution d’électricité. Elles génèrent un champ électrique (mesuré en V/m) dès lors qu’un appareil est branché (y compris un appareil laissé en veille) et un champ magnétique (mesuré en µTesla) dès lors qu’on utilise l’appareil en question : lignes hautes ou très hautes tensions, transformateurs EDF, appareils électroménagers, chauffage électrique, plaques à induction, éclairage électrique, interrupteurs.

basses fréquences

Les hautes fréquences :

Elles sont globalement liées aux nouvelles technologies : antennes de téléphonie mobiles, smartphone, WIFI, prises CPL, ordinateurs et tablettes reliés WIFI, compteur communiquant Linky, alarmes sans fils, babyphones utilisant le WIFI, objets connectés, four à micro-ondes, bluetooth. Elles génèrent un champ électromagnétique qui se mesure en V/m et µW/m².

Hautes fréquences

Les normes françaises

Les opinions divergent quant aux risques encourus : les effets thermiques sont admis, notamment en ce qui concerne l’utilisation des smartphones mais pas les effets athermiques ou biologiques. Ce sont les normes françaises qui, bien que datant de 2002, régissent encore aujourd’hui les critères permettant de déterminer l’exposition de tout un chacun. Les études menées par des organismes indépendants et les contre-études financées par les industriels se succèdent.

Normes Ondes électromagnétiques basses fréquences

Normes Ondes électromagnétiques basses fréquences

Normes Ondes électromagnétiques hautes fréquences

Normes Ondes électromagnétiques hautes fréquences

L’écart disproportionné entre les normes officielles et celles nous permettant de rester en bonne santé parle de lui même. Cela veut dire que les installateurs d’antennes de téléphonie mobile, de lignes haute tension, compteurs Linky et autres technologies sans fil respectent les normes, mais pas notre santé. Certains pays comme la Belgique, la Suisse, l’Italie, la Suède sont beaucoup plus prudents et préconisent des seuils bien en dessous.

L’OMS a classé en 2011 les ondes E.M. comme possiblement cancérigènes. Quand au Parlement Européen, il préconise 0,6V/m pour les hautes fréquences. Les chiffres des normes pour la santé sont issues des  2 rapports Bio-Initiative de 2007 (synthèse de 1 500 études scientifiques) et 2012 (1 800 études scientifiques) et des recommandations de la baubiologie allemande. L’Electrosmog étant de plus en plus envahissant, la préconisation de 0,6V/m pour les hautes fréquences reste valable pour un salon ; pour la chambre 0,06V/m permettra d’avoir un sommeil plus réparateur. Les mesures sont encore plus exigeantes dans le cas de personnes devenues intolérantes aux ondes : voir ci-dessus.

Quels effets sur la santé ?

Nous disposons tous d’un « capital ondes » personnel, avec des niveaux de tolérance variables suivant chacun(e). Comme les ondes sont invisibles et inodore, certain(e)s dorment tranquillement avec leur smartphone allumé, sous l’oreiller ou derrière le mur de la box WIFI allumée. Ou achètent une maison sous un pylône de ligne électrique aérienne. Les troubles peuvent mettre 20 ans avant d’apparaître. Le DAS (débit d’absorption spécifique) des smartphones est calculé pour une utilisation maximale de 30mn par jour, cherchez l’erreur…

En fait notre corps est réceptif aux ondes pour 3 raisons :

  • les cristaux de magnétite qui sont dans le cerveau et dans les articulations.
  • la polarisation de nos cellules,
  • l’influence sur le sang et les liquides de notre corps

Quelles solutions ?

Réduire son exposition est primordial, en prévention de tout problème lié aux ondes électromagnétiques. Cela passe par de l’information pour repérer ce qui dans notre quotidien est susceptible d’avoir une influence nocive : Ondorama propose différentes approches, de la conférence au diagnostic d’habitations  et lieux de travail (avec appareils de mesures) en passant par les réunions de sensibilisation.

cathum-dt300testeur-de-tension-induitenfa-1000hf-38bacoustimetre

Chaque source potentielle d’émission est mesurée par rapport à la distance de sécurité nécessaire pour ne pas impacter les personnes vivant dans le lieu étudié. C’est une 1ère étape. Puis on passe à l’application du principe d’hygiène électromagnétique : se servir de ce dont on a réellement besoin, au moment où l’on en a besoin et dans les conditions optimales pour la santé. Ce qui exclut par exemple de se servir de son téléphone mobile dans le train, le tram, le bus ou la voiture… ou de dormir avec quand il est allumé et en train de charger. Ca paraît évident quand on commence à comprendre les dégâts que cela peut occasionner, mais c’est complètement ignoré ou inappliqué par un grand nombre de personnes.

A la suite de cela, chacun(e) devient autonome et conscient, capable d’utiliser au mieux les installations et matériels à sa disposition. La collaboration avec Véronique Lacauste, naturopathe, permet de compléter cette approche grâce à quelques règles d’hygiène de vie, simples à appliquer, et utiles pour optimiser la santé.